Congrès 2013 « Discours, récits en santé »

affichecongrès2013Les activités de santé s’inscrivent dans la trame historique de la vie collective et individuelle, s’écrivent au fil de l’existence intersubjective et intime, et  se déclinent à travers des discours et des récits.

Dans les récits se tisse la texture du monde : des récits mythiques à la narration à l’œuvre dans l’échange quotidien – et singulièrement dans l’espace de la clinique -, en passant par l’historia antique, la littérature, la représentation artistique, les journaux intimes et publics, les histoires que nous racontons agencent les heurs et les malheurs, dans l’expérience langagière que nous en faisons.  Dans le discours  le monde advient comme réalité objective. Du verbe ou du logos fondateur à la rationalisation discursive, des propositions théoriques aux idéologies, mais aussi de la prise de parole aux procédures de son institutionnalisation, les discours disposent historiquement l’horizon de nos pratiques.

Interroger les discours et les récits dans un colloque dédié à la transmission de la posture réflexive et critique dans l’approche de la santé, invite à considérer les savoirs, pratiques et expériences de la santé et de la maladie comme lieux de représentation et d’interprétation. Il s’agit de considérer les activités relatives à la santé, tant dans leur dimension institutionnelle que dans  le cadre de la clinique, comme foyer de la rencontre  et de la confrontation de l’ordre du discours et des méandres des histoires que narrent des acteurs.

En effet, si médecins et soignants, thérapeutes et accompagnants sont reconnus tels par les discours qui les institue dans leur position, la pratique les confronte à d’autres mises en œuvre de la parole, qu’il s’agisse de la narration des patients, de leurs interprétations divergentes, ou d’autres discours, institutionnalisés ou non. Nous proposons d’aborder cette situation à travers trois axes directeurs, en considérant :

  • La relation médicale et soignante comme espace d’une narration et de la mise en œuvre d’un discours : Des questions de l’interprétation et de la compréhension de la narration, du rapport entre acteur et auteur d’une histoire, aux questions concernant l’écoute et l’accès au signifiant, la parole hante les questions  cliniques du sens de la plainte, voire du symptôme, de l’observation et des discours interprétatifs.
  • Les cadres culturels et institutionnels des discours et des récits : L’expérience de la santé et de la maladie fait l’objet de récits (mythiques, littéraires, historiques, artistiques, etc.) et de discours (médicaux, thérapeutiques, politiques, médiatiques, etc.) qui viennent soit fonder, soit interférer avec l’exercice des professions de santé. Les discours scientifiques et institutionnels qui fondent cet exercice, et qu’il véhicule, détient également une dimension normative qui interfère avec la vie sociale.
  • Discours, récits et transmission : Oraux ou écrits, discours et récits verbalisent et assument une fonction de transmission : perpétuation, communication, initiation, transfert, mais aussi enseignement, formation, éducation. Qu’est-ce qui se transmet, explicitement ou à notre insu, dans la dispensation d’une parole ou dans la mise en œuvre d’une logique langagière, mais aussi disciplinaire ? Ici, la question du sens véhiculé par les discours et les récits autour de la santé et de la maladie, en vient à croiser celle de la pratique pédagogique.